En attendant le 15 Août...

     1058
20 Comments    30-07-2008


Visite éclair prévue à Anjouan ou Moroni le 15 Août...

En attendant le reportage photo exceptionnel que je vous proposerai en septembre sur les conditions de vie qui se dégradent gravement aux Comores et que j'irai spotter pour vous le week-end du 15 Août, pour vous et pour certains officiels auprès de qui nous tirerons la sonnette d'alarme avant désastre humanitaire, mais on ne pourra pas dire qu'ils n'ont pas été prévenus, je vous livre ici trois témoignages, pompés sur un site. Si je vous les ai récupérés, c'est qu'ils représentent bien l'ambiance à Mayotte actuellement. Le premier, tout d'abord:

"je rentre tout juste d'un mois de "vacance" à Mayotte,

En rapide c'est un des plus beau endroit aux monde avec une nature sauvage et généreuse, un contact avec la faune, la flore exceptionnel,
chaque sortie en bateau s'accompagne d'une rencontre avec les dauphins, voir des baleines (plus rarement en fonction des périodes), la plongée est superbe, le snorkling est manifique( attention aux coraux!!!!) , nager prés de tortues en remuant le moins possible pour ne pas déranger, c'est une expérience inoubliable, nourrir les lémuriens avec son stock de bananes sur l'ilot bouzi est génial, passer de plages noir presque désertes à des ilots de sables blancs en plein lagon ,qui disparaissent à certaines marées c'est transcandant....bref
c'est magique
et cher...
sortie journéé bateau 50 euros sans l'eau, ni la bouf, plongé autour de 40, pour manger autour de 15 euro et pas du local car il n'y a pas de resto local !!! quelque cuisiniers malgache heureusement...
Et surtout les humains labas sont totalement désespérant (je sais il n'y a pas que labas....) , la situation politique, économique, sociale et humaine est a hurler ...Il se passe des choses graves, d'un autre temps (bastonnades, rafles, haines, ...) que nous cautionnons par notre indifférence, les mouzougou (les blancs) vivent de leur côté ("en guetto" riche) , ça sent des relants de colonialisme, les mahorais en on perdu leur sourire, leur culture, leurs racines, leur humanité, ils en sont à chasser eux même "leurs sans papiers", à bruler les échoppes de fruits tenu par des anjouanais klandestin...
Il y a des articles dans le" monde" et "libé", lis les ça vaut le coup...

Je voulais vivre à Mayotte, j'y renonce avec beaucoup de peine c'est un pays superbes, n'hésite pas à y aller mais je pense qu 'il vaut mieux savoir où l'on met ses pieds, mais soit tranquil tu peux aussi fermer les yeux et juste consommer ce pays qui s'offre magnifiquement malgrés sont histoire sa population et ces réticences, les gens que j'ai rencontré et qui vivent labas m'ont dit qu'il faut faire ABSTRACTION de ce qui dérange et labas c'est possible"

Le second, maintenant:

"Ton message m'attriste un peu...

Désolé que tu sois restée sur cette impression la! Si je n'en ai pas parlé, c'est que cela m'a moins choqué que toi. As tu déja beaucoup voyagé? Ma question peut te sembler aggressive suivant comment tu la prends (ce n'est pas le but) mais tu disais vouloir un coin "non-pollué" par le tourisme de masse. Il faut être prêt à se confronter à la réalité......

Pour la coté nature, on est d'accord, endroit exceptionnel de part sa diversité et sa richesse. Et même avec un peu plus de recul maintenant, cela fait parti de mes plus belles escapades et encore, je n'ai pas eu la chance de nager avec les dauphins pour ma part...

Pour le coté cher, je ne suis pas tout a fait d'accord avec toi. J'ai mangé dans des brochettis locaux pour 2 euros, de petites echoppes sont présentes à chaque hameau. Certes les restos sont à 15 euros (comme en France plus ou moins et c'est ce que je t'avais annoncé), certes les plongées sont à 40 euros mais c'est le prix que tu avais trouvé avant d'y aller et le palme-masque-tuba est déja exceptionnelle, certes les sorties bateau sont 60 euros avec la bouffe mais si on est 4, ca ne fait "plus que" 15 euros par personne pour une journée sensationnelle (on garde tjs de l'eau avec soi sous ces climats...)

Pour le coté humain également, je ne suis pas d'accord avec toi! Moi, c'est certains mzoungous que j'ai trouvé desespérés. Ceux qui comme tu le dis vivent dans des ghettos et perdent peu à peu leur petit coin de paradis. La situation de l'île (l'île est française, ce n'est pas un pays...) est très préoccupante mais les mahorais n'en sont pas pour autant desepérant. J'ai passé 15 jours avec une mzoungous qui a fait l'effort de s'intégrer à la vie locale. J'ai passé grâce à elle des soirées et des "vulés" inoubliables avec des mahorais et des anjouanais clandestins sans que ceux-ci ne se tapent dessus.
Je suis d'accord avec toi sur le fait que la situation économique, sociale est très très préoccupante. c'est cette réalité (qui ressemble à celle de beaucoup de pays africains) que tu n'étais peut être pas prête à voir.

A lire ton message de retour, je trouve un peu dommage que tu garde cette image de l'île. Toi qui voulais des vacances "non-touristiques", il me semble que c'est pourtant ce que tu cherchais d'une certaine manière: tout est beau, tout est jolie, et tout le monde est gentil au pays des schtroumpfs. Visant un voyage plus "découverte d'une autre culture", je te pensais plus préparée à cette réalité. Excuse moi de ne pas t'avoir plus prévenue alors.

Si effectivement par le terme découverte on est pas près à trouver le meilleur comme le pire, tu as raison: chaqu'un chez soi ou alors, je te conseille la version clé en main du club med qui te masquera cette réalité la. Je te rappelle également que je n'ai jamais caché les "petits soucis" auquel tu aurais pu confronter (vol,...). Tu as autant de chance de te retrouver dans uen bastonnade que dans une grande ville métropolitaine."

Enfin le dernier:

"je suis restée 5 semaines à Mayotte, j'ai rencontré et cotoyée des blancs, des plongeurs (ethnie apart), des mahorais, des réunionais qui travaillent labas,des anjouanais et grands comoriens et des malgaches...et comme je voulais vivre labas j'ai pris le temps d'écouter, de voir et j'ai essayée de comprendre (sans succés), si tu es intérressé lis absolument l'article du Monde de mis octobre ( c'est exactement ce que j'ai ressentie durant ce voyage sauf que je l'ai lu au retour).
Je ne voulais pas te blesser mais je me suis confrontée à une population de blancs dans son ensemble qui revendique le fait de faire abstraction des choses qui dérangent et j'en ai été d'autant plus choqué qu'il y a comme une loi du silence, les informations que j'ai eu avant de partir sont à des kilométres de la vérité, les mahorais ne sont pas dans une dynamique positives de faire découvrir leur île, ni de protection de leur environnement, ni d'un développement économique (un exemple : l'artisanat local à presque disparu, les souvenirs que vous rameneraient seront malgaches) ils en sont à réclamer et réver de devenir un département francais pour avoir les même droit qu'en france ! et pour ce faire sur les conseils du ministre il faut enrayer une imigration clandestine vite, sans ménagement !!!!, tout en sachant qu'elle represente 30 % de la population, 30 % plutot actif !!!(ils pechent et vendent le poisson, idem pour les bananes, travaillent dans les maisons, les resto...)
Je ne m'attendais pas à visiter un pays idylique, de la à prendre en plein visage les ravages de la colonisation et d'assister à tant de mépris .
Les mahorais ne sentent pas "du tout" africain, ils renient leurs origines, une grande part de la populations blanches, se comporte comme des colons, en seigneurs... Les infirmiéres (c'est mon métiers et je suis allée en rencontrer) sont payées plus de 2 2000 euros alors que l'aide soignante (mahoraise) gagnera autour de 700 euros...

J'ai pas une vision héxaustive et il y a surement plein de choses que je n' ai pas vu, ni comprises, mais les personnes vivant labas(d'origine et de milieu sociaux différentes) que j'ai croisé m'ont tenu tous des propos trés dur sur les mahorais (sur la difficulté d'intégration, de travailler avec eux, ) , on a passé qlqs temps à Longonie chez une mahoraise qui travaillait dans un hotel où nous avons sympathisé avec elle, la bas il revendique "la france est un mauvais mari, ils réclament un rmi à même hauteur qu'en france et des allocations familliale sans restriction d'enfant...et tiennent un discours digne de sarkosi sur les clandestins (sachant qu'ici même couleur, même langue, même religion)
La veille du Ramadan, des femmes mahoraises ont chassé (en brulant les échoppes) des anjouanaises qui vendaient comme toujours leur fruits au marché, pour répondre à une manifestation de sans papiers (pour revendiquer des droits) qui avait dégénéré à Mamoudzou.
Deux jours aprés tout le monde se plaint, qu'il y a pénurie de banane !!! c'est digne de Kafka !

Je ne condanne personne, j'ai juste vu un peuple maltraité, qui se fait berner par une idéé de "Département" qui ne sera pas la solution à leur probleme et qui ont perdu leur humanité, où on leur à volé dans les méandres de l'histoire,
voila c'est juste triste et grave ce que j'ai vu labas cependant c'est un pays MAGNIFIQUE ert j'y retournerais et j'ai gardé des contacts car je parlle de maniere générale et évidement qu'il y a aussi des gens formidables comme partout, mais même si c'est possible (en gagnant même plus d'argent) je n'irais pas y vivre, les mahorais n'en n'ont pas besoin, ni envie et labas c'est quand même chez eux avant d'etre LA france."

Je vous copie ces témoignages afin que vous vous fassiez l'image la plus juste possible du climat à Mayotte actuellement. Et pour vous faire patienter un reportage qui se promet d'être édifiant...