Le Gîte aux Bois dormants

     1176
20 Comments    16-07-2010


... Et ce n'est pas "la Cabâââne aufond du jââârdin!..."

Oui ben, c’est normal ! Ne pouvant être partout, je ne vous cause plus souvent. Il est d’ailleurs fort possible qu’il n’y ait plus que trois lecteurs neurasthéniques de ce blog, des qui lisent toujours les mêmes articles, pleurant sur la pauvreté intellectuelle de ce qui fut, osons le dire, le phare spirituel de la pointe Nord des Kerguelen. Et en plus c’est l’hiver, rien à voir avec l’immonde 31°C de la métropole, mais comment vivent-ils dans une étuve pareille, nous qui flirtons en cette saison froide par du petit 25°C, et encore en plein soleil ! Quand il y en a… Alors il est normal, disais-je, de faire de la promo de la Réunion quand on est en métropole, et par là-même d’en faire de la métropole quand on est à la Réunion ! Ce que je dis, je fais. Et je me dis, vu qu’il n’y a pas 65 millions de places dans un avion pour vous emmener tous à la Réunion, et puis ça la ferait plonger dans l’océan, cette manœuvre à cette petite île, alors soyons humains, je me dis que quelques uns d’entre vous aimeront peut-être bien aller en vacances où ça ? Eh bien en France métropolitaine ! Au pays où ça fleure bon la rosée du matin, où le cui-cui des zoziaux se la dispute avec le souffle du zéphyr, au pays où le doux bruissement des abeilles sur le coup d’une heure donne une irrépressible envie de siester au pied du frêne, voire du boulot… pardon, du bouleau, et pour cela, si l’on ne dispose pas d’une solide mentalité de campeur, on peut être enclin à diriger ses recherches purement domestiques vers un point central de la balade, autour duquel on fera des ronds comme le chat dans la carrée, pour mieux y revenir le soir, j’ai nommé : le gîte rural, ou la chambre d’hôte. Et dans le domaine du gîte rural, il y a deux catégories : Le délabré, version 110 volts, eau turbide quand il y en a, cancrelats, blattes de dix centimètres, voire morbaques dans l’pucier, version apocalyptique d’un savant mélange de la 7èmeCompagnie et du retour de la Momie, où l’épisode cauchemardesque ne prend fin qu’avec une fuite salvatrice et perte des acomptes versés au profit de la désinfection salutaire, et il y a l’autre catégorie : L’idyllique, l’agréable, la champêtre, le gîte tout mignon qui sent bon l’propre et la nature, la chicoré du matin et la petite prune du soir, celle où de la terrasse, vous admirerez la vie naturelle de la vallée, sentirez les douces effluves du pistil floral, donnerez à vos tympans la savoureuse mélopée du petit cheval islandais appelant au loin sa maman qui, sur la colline, sautillant gaiement, lèvera une oreille attentive à l’appel de sa progéniture. Vous savourerez, avant votre excursion, une cuillérée de miel brut préparé depuis des décennies pas les ceusses qui sauront vous recevoir avec toute la gentillesse lorraine dont ils sont emprunts, et c’est pas peu dire, bref, vous passerez en une journée deux jours de bonheur intenses, si intenses que la multiplication des petits pains à côté de celle de vos jours de congé n’aura que de loin l’image d’une distribution de farine aux peuplades dans l’besoin et qu’en comptant ainsi vos journées de congé doublées par le plaisir de les vivre intensément, vous aurez acquis ici l’impression d’avoir franchi le cap de la pré-retraite active ! Pour un peu que vous leur demandiez de vous promener en calèche, le Claude se laisserait bien tenter, et si vous promettez de rendre les lieux aussi propres qu’ils vous ont été confiés, la Martine pourrait bien se fendre d’une petite mélopée anti-tabagique ! Quant à la Léa, si vous regardez avec amabilité ses petits canassons au poil soyeux et à l’humeur chantante, elle pourrait bien vous prendre en photo dans la position du jockey de l’Arc de Triomphe sur un de ses petits islandais, à condition de bien garder le frein à main serré ! Qu’on se le dise, entre Thionville et Bouzonville, en Moselle, est un joli petit gîte tout beau, dont je vous livre ici, rien que pour vous, l’adresse internet, afin que vous alliez, déjà virtuellement, le visiter : http://gitedeklang.monsite-orange.fr/index.html Et puis si d’occasion, vous croisez dans le village, un « chnock » comme on dit chez moi, courant derrière une remorque équipée de phares longues portées et d’un gyrophare modèle agréé, et poursuivi par un Yorkshire qui mange de la soupe et des fricassées de gésiers avant de promener sa couverture, surtout ne lui dites rien, il serait aussi capable de vous débiter de mémoire une check-list avant décollage d’un 733 d’époque mérovingienne, mais ça, c’est une autre histoire…. Bonnes vacances à tous !